fete-pere

En France, un salarié sur deux bénéficie d’un comité d’entreprise, communément appelé « CE ». Celui-ci gère aussi bien la formation, le bien-être sur le lieu de travail, les activités culturelles, ainsi que l’attribution de cadeaux en des occasions bien spéciales. Mais qu’offre-t-il ?

Et vous, qu’aimeriez-vous avoir au bureau pour la Fête des pères ? Incontournable pour toute structure d’au moins 50 salariés, soit 40 000 entreprises en France, le comité d’entreprise, ou CE, rassemble des élus du personnel et des élus syndicaux. « Ils sont élus avant tout pour créer et maintenir un lien social, ce ne sont pas des acheteurs professionnels », précise Jacques Lambert, responsable de la communication et des institutions pour Salons CE, qui met en relation dans toute la France (53 salons dans 41 villes) des comités d’entreprises et des prestataires de tous horizons.

Les 7 occasions du CE

Les CE sont bien connus pour leurs fameux cadeaux de Noël. Pour eux, c’est l’événement phare : 85% des CE offrent un petit quelque chose à leurs employés à cette période de l’année. « Il s’agit d’une tolérance accordée par l’URSSAF, qui surveille de près ce qu’elle considère comme des avantages en nature sur lesquels il faut en principe payer des cotisations », explique Mr Lambert.

Mais saviez-vous qu’en réalité, il existe sept occasions propices aux cadeaux faits au personnel ? Ces sept occasions sont la Saint-Nicolas, Noël, la Sainte-Catherine, la Fête des mères, la Fête des pères, Pâques et la rentrée des classes de septembre 

Cadeaux « tendance » ou grands classiques ?

Si le chèque-cadeau a envahi le marché depuis une vingtaine d’années, il y a bel et bien des tendances. Les dernières ? « Les box prêtes à offrir dédiées à la puériculture, le parfum qui est en plein essor… Ils tendent à remplacer le colis gastronomique de fin d’année ».

Et du côté des incontournables, on compte les machines à laver, téléviseurs, ordinateurs portables et tablettes. Des équipements très plébiscités qui ne sont pas achetés en direct par les CE, mais négociés en volume auprès de centrales d’achat.

Fête des pères : le Top 3 !

Le salarié n’a plus qu’à se rendre en boutique avec un justificatif d’appartenance à l’entreprise. « Ce qui marche de plus en plus, c’est de négocier au niveau local, du champagne au foie gras en passant par le contrôle technique pour la voiture ! ». Et pour la Fête des pères, hormis l’équipement high-tech négocié en volumes, il reste, dans le budget que peut s’autoriser un CE, de grands classiques comme les boules de pétanque, la raquette de tennis ou encore la montre connectée.

salonsce.com