La formation professionnelle ne s’envisage plus tout à fait comme avant en entreprise. Explications…

La formation des équipes est souvent gourmande en temps et en argent. Mais, grâce à la transformation digitale, de nouveaux programmes de formation voient le jour, plus agiles, plus facilement intégrables dans une journée de travail et surtout plus ludiques… Bienvenue dans l’ère du digital learning.

Le digital learning, c’est quoi ?

Le digital learning, c’est l’ensemble des outils numériques mis au service des apprenants, afin qu’ils puissent atteindre leurs objectifs de formation plus rapidement et avec plus de fluidité.

Cette approche pédagogique couvre un large éventail de formats digitaux : vidéos, classes virtuelles, modules e-learning, blogs, forums, communautés en ligne, applis mobiles, etc.  Les programmes peuvent être conçus et déployés de multiples façons : en présentiel, à distance ou sur le lieu de travail.

Le digital learning permet plus d’interactivité ! Aujourd’hui, les apprenants et les formateurs sont tous deux acteurs de la réussite de la formation. Inclure le digital learning dans ses formations est devenu une véritable nécessité, à l’heure où les besoins en formation des équipes s’accélèrent pour suivre la cadence des avancées technologiques.

Surtout, le digital learning peut s’appliquer à toutes les formations “soft skills” (apprentissages comportementaux), pour tous les postes ou toutes les problématiques : gestion de projet, management, pris de parole, négociations, etc.

La définition du programme est aussi plus agile et à élaborer main dans la main avec le formateur. Il pourra ainsi mettre en place des modules différents en fonction des profils, du secteur, des thématiques, mais aussi des contraintes de temps, de lieu ou de budget. Du vrai sur mesure.

Formés sur place

Avant, les séances de formation impliquaient pour le manager de se voir privé de ses équipes pendant une période pouvant aller jusqu’à plusieurs jours. Un laps de temps considérable, durant lequel l’activité tournait au ralenti… Plus trop compatible avec une époque où les délais de travail se sont considérablement raccourcis et où la rentabilité est scrutée de près. Avec les modules de formation digital learning, les « élèves » ne sortent pas de l’entreprise, et, encore mieux, ils n’arrêtent même pas de travailler. La formation prend la forme de petits exercices ou simulations glissés dans leur emploi du temps à différents moments de la journée, mais sans rupture totale et étendue avec leur tâche d’origine. Et ça change tout !

La formation prend la forme de petits exercices ou simulations glissés dans leur emploi du temps à différents moments de la journée

Place au ludique !

Ça change tout aussi parce que les formations sont réfléchies pour être plus ludiques, en reprenant notamment les codes du digital et des réseaux sociaux tels qu’ils sont utilisés, dans le privé, par les employés. On joue ainsi sur une variété de formats interactifs, de vidéos, d’applications mobiles, etc. La clé est là : donner l’impression aux employés d’apprendre et de progresser tout en se divertissant.

Le format se prête aussi à des opérations évènementielles, comme celle menée par Franprix auprès de ses équipes en magasin. Un bus spécial venait « kidnapper » tout le personnel de l’enseigne, remplacé à leurs postes par une brigade volante le temps de la formation. Une opération originale, qui joue plus avec les codes publicitaires des vidéos virales que l’on peut trouver sur le web.

Des programmes soutenus par les organismes de formation

Les OPCA (Organisme Paritaires Collecteurs Agréés) reconnaissent le digital learning et donc le prennent en charge, sous certaines conditions :

  • L’organisme de formation choisi dispose d’un numéro de déclaration d’activité
  • Il répond aux critères du décret qualité et aux indicateurs associés
  • Il doit être référencé chez son OPCA
  • Il propose une évaluation, une organisation et un suivi personnalisé du stagiaire

Le responsable formation de l’entreprise doit solliciter son conseiller au moment d’établir le plan de formation de l’entreprise, afin de savoir s’il est pris en charge.

Dans le cadre d’un projet professionnel clair et cohérent, certains programmes de social ou digital learning peuvent également être pris en compte dans le cadre du CPF.