hyperstress

L’hyperstress concernerait 24% des salariés en France. Il serait le niveau le plus élevé de stress. Explications

Selon le cabinet Stimulus qui publie son Observatoire du Stress au Travail (OST), on peut distinguer, grâce à l’échelle de Mesure du Stress Psychologique (MSP), 3 niveaux de stress : Peu de stress, stress moyen et hyperstress.

Cette dernière catégorie se caractérise par la dangerosité du stress en lui-même. Un salarié en hyperstress est un salarié qui court un risque pour sa santé.

Dans cette étude menée auprès de 32123 salariés travaillant dans des secteurs d’activité très variés, on recense 24% de collaborateurs en hyperstress. En revanche, plus de la moitié des salariés serait en échelle 1, c’est à dire ressentirait finalement peu de stress.

Un mal plus féminin

Parmi les salariés en hyperstress, la population féminine est bien plus représentée (28% contre 20% pour les hommes).

Par ailleurs, même si tous les secteurs d’activité sont concernés, le secteur de la santé et de l’action sociale arrive en première place avec 40% de ces salariés en situation d’hyperstress

Les origines du mal

Les sources de cette souffrance psychologique sont évidemment nombreuses mais les exigences liées au travail (tâches, missions, échéances) et le manque d’accompagnement du changement restent les causes principales. Viennent ensuite le manque d’autonomie et le manque de reconnaissance.

Avis aux dirigeants et aux managers, voici les sujets qu’ils conviendra d’étudier rapidement pour améliorer la santé psychologique de vos équipes et donc leur efficacité…