L’étude qui a mesuré la performance du télétravail !

Télétravail et HomeOffice sont de plus en plus plébiscités par les salariés. Mais l’entreprise est-elle gagnante ou perdante ? Ses salariés à distance sont-ils aussi efficaces que les salariés se rendant au bureau tous les matins ?

Une étude conduite par Nicholas Bloom, professeur à Stanford, et James Liang, CEO de Ctrip, la plus grande agence de voyage en Chine a été réalisée sur 500 salariés d’un centre d’appel chinois.

Performance et épanouissement

Pour l’expérience, la moitié de ces 500 salariés a été invitée à travailler de la maison pendant neuf mois, 4 jours par semaine. Ces salariés ont tous été équipés d’une connexion haut débit et des outils équivalents à ceux qui sont disponibles au siège de l’entreprise. L’autre moitié a continué à travailler du bureau à temps plein. L’idée du professeur Bloom était d’étudier la performance du télétravailleur par rapport à son collègue au bureau mais aussi son épanouissement et sa perception du travail…

Des résultats à rester sur son canapé !

13,5% d’efficacité en plus pour les télétravailleurs

Neuf mois plus tard, les enseignement tirés par l’étude sont assez clairs : 13,5% d’efficacité en plus pour les télétravailleurs, un engagement de 9% en plus (temps de connexion aux outils professionnels de la société) et moins d’arrêts maladie déclarés par les travailleurs à la maison.

Pour l’entreprise, c’est un succès incontestable. D’autant qu’elle a aussi économisé 2000 dollars par employé et par an sur les coûts générés par les espaces et aménagements de bureaux !

Un constat nuancé du côté des salariés

La moitié des salariés ont demandé à réintégrer les bureaux du call center

Mais il est à noter que l’étude a aussi permis de mettre en lumière une autre donnée qui n’était pas attendue par les chercheurs. A la fin de l’expérience, au bout de 9 mois, la moitié des salariés ont demandé à réintégrer les bureaux du call center.

En effet, deux phénomènes ont été invoqués par les volontaires de l’étude. Le premier c’est que l’isolement leur pesait et le second, moins évidemment, était qu’ils percevaient leur éloignement du bureau comme un handicap dans l’évolution de leur carrière. Invoquant la peur que les promotions, augmentations et progressions ne soient réservées qu’aux salariés que l’on a l’habitude de voir au bureau !

La bonne formule ?

Pour le chercheur de Stanford,  suite à l’analyse des résultats de cette expérience, le bon dispositif de télétravail serait un système hybride mêlant travail à la maison et travail au bureau.

Une formule que la plupart des entreprises ont adopté en accordant par exemple un jour de télétravail par semaine à leurs employés. En France, en 2016, 16,7% des employés ont télétravaillé (SOURCE : RH KRONOS 2016) )au moins une journée par semaine.

Reste à organiser le nouveau management de ces salariés à distance qui demande de repenser ses pratiques et ses habitudes de collaboration !