chief-happiness-officer

Un salarié heureux est un salarié efficace ! Tel est le constat fait par les entreprises qui intègrent de plus en plus un Chief Happiness Officer à leurs effectifs… Portrait et missions de ce nouveau collaborateur.

Le “chief happiness officer”, autrement dit « responsable du bonheur en entreprise » est un nouveau métier qui a pour but d’harmoniser les rapports humains en améliorant les conditions de travail. Avec plus de pression, de tâches à accomplir et la digitalisation qui parfois vient rebattre les cartes, les conditions de travail ne cessent de changer à grande vitesse.

Faire face à la souffrance au travail  

Le burn out, autrement dit le syndrome d’épuisement professionnel, guette sérieusement les salariés. Ce nouveau responsable du bonheur, le Chief happiness officer en anglais (CHO), est chargé d’y faire face ! Selon la légende, ce concept a été développé par l’un des premiers employés de Google, un ingénieur américain du nom de Chade-Meng Tan, qui a décidé de travailler au développement des personnes et leur bien-être au bureau.

Plus que des diplômes, une personnalité

Cette fonction commence à essaimer avec un objectif bien précis : faire de l’entreprise un lieu plus humain et plus harmonieux, ou les salariés ont plaisir à venir travailler. Et pour cela, nul besoin d’un diplôme particulier. Il n’existe pas vraiment de profil type, ni de formation diplômante. C’est avant tout une question de personnalité, et d’écoute avec les salariés. Les employés des ressources humaines et de la communication interne sont généralement les mieux placés (et les plus représentés) pour ce poste hybride qui comporte une part de réflexion, mais aussi et surtout d’action.

Le fantasme du babyfoot…

Le « responsable du bonheur » est chargé de créer les conditions d’une meilleure collaboration. Autant dire que sa fonction ne se résume pas à organiser une grande soirée ou à installer un babyfoot… Mais il facilite le quotidien des collaborateurs : l’accès au parking, à une restauration de qualité. Il fait adapter les meubles et le matériel aux besoins des différents métiers.

Son rôle est également essentiel dans la remontée d’informations, de suggestions, visant à améliorer les conditions et l’ambiance au travail, avec des petites attentions qui font du bien : ateliers, boîtes à idées, sorties, repas de cohésion, les possibilités sont multiples.

Un poste clé pour l’efficacité des salariés

Mais le CHO est aussi garant de la culture d’entreprise. In fine, l’objectif de toutes les mesures mises en place pour rendre le cadre de travail plus agréable est aussi d’avoir des salariés plus épanouis. Ce qui rejaillit sur les performances de chacun.

Cette nouvelle fonction fait partie des postes en vogue dans l’univers des start up. Mais les structures plus traditionnelles leur emboîtent le pas. Et vous ? Etes-vous prêts à intégrer votre nouveau responsable du bonheur ?