residence-hoteliere

Pour émerger face à la concurrence des locations entre particuliers, les villages et résidences hôtelières se réinventent et changent de stratégie. Explications.

Poser ses valises chez un particulier (AirBnB), louer un studio dans un esprit mixant le « chez l’habitant » et l’hôtel (Adagio Hotels), le secteur de l’hébergement a fait valser tous les codes : souplesse de réservation et décoration « comme à la maison » en tête.

Améliorer l’expérience client : le slow tourisme

Au cœur de ce « boom », les résidences hôtelières et les villages vacances ont du trouver leur place. Comment gèrent-ils cette nouvelle concurrence ? Ils s’adaptent. Ils font face. Et plutôt bien, d’ailleurs, en proposant des expériences clients plus souples et en misant sur le bien-être.

Né en 1959, VVF Villages a clôturé 2016 avec un chiffre d’affaires en augmentation de 3,8 %. Il a constitué une communauté d’ambassadeurs Facebook très impliquée et compte 50 000 fans sur sa page. La clé du maintien ? « Le « slow tourisme » qui amène nos vacanciers à découvrir les alentours et le terroir. Et si notre cœur de cible reste les familles pendant les vacances, nous développons aussi des thématiques « zen », hors vacances scolaires », détaille Grégoire Maillet, le directeur marketing.

Séduire les professionnels : équipement, aménagement et offre incentive

Cet esprit se retrouve aussi sur l’offre séminaires. Pour cela, le groupe a investi 12 millions d’euros dans une décoration plus sobre, intemporelle (l’esprit AirBnB est passé par là !). Une rénovation qui se traduit aussi par « le matériel audio et hi-fi, des rétroprojecteur, des téléviseurs de toutes tailles. Nous sommes réactifs. On peut tout proposer à la carte, avec des équipements supplémentaires si besoin ». Pendant les pauses, exit les mignardises sans âme. Place aux fromages et charcuteries locales. « Côté action, notre carte incentive, c’est un peu à la Koh Lanta, avec des constructions de radeaux au bord de l’eau ! ».

Pour offrir davantage de souplesse, VVF a instauré les arrivées décalées : on peut arriver le dimanche ou le lundi pour éviter les bouchons. Des offres « mid-week » sont désormais proposées. Et quand on vient en couple hors vacances scolaires, on a un tarif préférentiel. Enfin, « on a mis en place des applications et un « chat » pour rester en phase avec notre clientèle », conclut Grégoire Maillet.

Innover et surprendre : du ChatBot à la course de Drakkar

Côté innovation, le leader du secteur n’est pas en reste. Grégory Sion, vice-président senior, e-commerce et ventes du groupe Pierre et VacancesCenter Parcs (chiffre d’affaires en augmentation de 5% sur le troisième trimestre 2016-2017) expliquait en effet en avril dernier au site L’Écho Touristique : « Nous avons déployé depuis 2 mois une App « Planet » disponible sur mobile et permettant de réserver les activités et ventes additionnelles sur site pour Center Parcs. En séjour, elle fonctionne avec l’appui de relais réseau qui se complètent avec des bornes interactives ». Un projet de chat-bot via Facebook Messenger est également en projet. Cet acteur majeur des résidences de vacances en Europe, né en 1967, propose 260 destinations en France métropolitaine et dans le reste du monde – avec, côté pro, des salles accueillant plus de mille personnes. Plus insolite ? Après une course de drakkar, on peut aussi se donner rendez-vous pour une réunion dans une maison sur l’eau, un cottage ou une cabane perchée dans les arbres !